Suppression massive d’emplois en France pour PSA

2012 résonne comme le son du glas pour PSA qui a annoncé la suppression de 8.000 à 10.000 postes durant l’année rien qu’en France et ce dans le cadre d’un tout nouveau plan d’économie dont nous ne tarderons pas à connaitre les tenants et aboutissants.

Syndicats et employés manifestent pour garder leurs emplois

La crise économique s’attaque à PSA

Afin de palier à une forte baisse des ventes européennes, PSA n’a d’autre choix que de licencier massivement. A l’automne dernier le groupe avait déjà annoncé un suppression d’environ 5.000 postes en guise de premier plan anti-crise. Et bien sûr c’est le site d’Aulnay qui est le premier concerné et qui se trouve en ligne de  mire de tous : PSA, le gouvernement, les syndicats et les employés bien sûr ! A l’époque PSA pensais pouvoir tabler sur la suppression d’emplois intérimaires ou de sous-traitants et même en optant sur le non-renouvellement des départs en retraite ou volontaires mais il semble que ce plan ne soit pas suffisant.

L’Europe souffre et c’est la France qui en pâtis…

Mais, la situation semble être plus grave encore car Mardi dernier, la firme annonce entre 8.000 et 10.000 suppressions de poste. Cette information a été confirmée par Xavier Lellasseux, représentant CFDT chez PSA.

Les postes les plus touchés par cette réduction d’effectif sont les suivants :

  • Structure et Administration
  • Recherches & Développement
  • Commerce

Quelles sont les raisons d’un tel raz de marée ?

Comme le dit le groupe, la principale raison est la baisse voire la chute progressive des ventes en France et en Europe. En effet, sur les 6 premiers mois de l’année 2012, PSA enregistre une baisse de 21.6% des ventes de véhicules en France (données CCFA) et juste sur le mois de Juin, la firme enregistre une diminution des ventes de 9.5%, baisse dû pour 11.8% par sa marque Peugeot.

Les différents partenariats de PSA prennent également l’eau. Tout commence avec la fin du partenariat avec le constructeur allemand BMW qui constitue un gros manque à gagner pour

La fin d’un partenariat

le groupe. Désormais c’est la marque Fiat qui émet des signes de retrait d’ici à 2017; PSA devra alors trouver des fonds pour racheter ses parts. Et enfin, le nouveau partenariat signé avec le groupe américain General Motors montre déjà des signes de faiblesse car ce dernier à bien stipulé que les restructurations éventuelles se feront séparément. Notons que le groupe d’outre-atlantique à déjà fermé le site d’Opel à Bochum en Allemagne mi-juin de cette année. Rien de bien rassurant pour PSA qui, avec des résultat catastrophique doit désormais faire un effort de plus d’1 Milliards d’euros pour rester à flots.

Quels sites sont concernés ?

Il semblerait que le premier site touché soit celui de l’usine quasi emblématique d’Aulnay-sous-Bois qui est chargé de la fabrication des Citroën C3 et qui emploie aujourd’hui plus de 3300 personnes. Si celle-ci venait à fermer, c’est presque 1500 à 2000 emplois qui pourraient disparaitre. Le site qui fabrique le berline C5 à Rennes pourrait également être menacée de fermeture et sa fermeture coûterait alors 1500 emplois supplémentaires.

L’usine PSA fortement menacée

Notons également, que PSA recherche des solutions (traduction : se demande si il ferme ou pas) pour le site de Sevelnord, dans lequel sont assemblés les véhicules utilitaires en coopération avec le constructeur auto italien Fiat, qui je le rappelle, a décidé de se retirer de l’usine courant 2017.
Bref, si PSA désire conserver ce site, il devra, à terme, racheter ses parts à Fiat et en période d’économie et de coupes budgétaire cela risque de ne pas être chose aisée…

Et vous, amis lecteurs, vous pensez quoi de tout ça ? Réagissez, exprimez vous ! Personnellement je trouve ça révoltant ! N’hésitez pas et dites ce que vous en pensez !

Partager cet article sur :

Google+ Linkedin Reddit Tumblr+ @Email to

A propos de l'auteur


C'est moi, la nouvelle mascotte de Mister-Auto : Ben Boulon ! Entre quelques coups de clé à molette ou de réparations, moi aussi je peux écrire des articles ! Bon... ils seront pas très sérieux, mais ça peut marcher :) A très vite !